• Accueil
  • > * La shrimp letter de Claude Hager

Visite chez Malanyika

Posté par aca25000 le 16 novembre 2014

 

 

Visite chez Malanyika

 

D’abord il faut s’armer d’un GPS . . . je dis bien s’armer et non se munir tant il est difficile de trouver le lieu où Jean-Philippe Drygalski s’est installé. Ne me fiant aucunement à mon sens de l’orientation, c’est avec deux GPS que je me suis rendue à Mauguio, Mas de la louvade , chemin des tamaris.

 

Une petite ruelle, une portail en métal non ajouré qui monte haut, nous sommes dans le Sud.

Aucune inscription, aucun panneau. A croire que, comme pour le 35ème Méridien, l’aquariophilie est quelque chose de confidentiel, ou de top secret.   (organisation chaque année de journée portes ouvertes; accès au local possible sur simple rendez vous )

Visite chez Malanyika dans * Interviews rpoj

Jean Philippe m’attend devant la maison. Originaire du 93, il est venu s’installer au soleil avec sa petite famille et a décidé de vivre de sa passion depuis.

 L’ensemble de l’installation est composé de :

- 50 bacs de 400 litres
- 10 bacs de 600 litres
- 9 batteries de bacs divers de 25 a 250 litres 
- bassins extérieurs pour estive

Dans la cour intérieure le ton est donné : des bacs en plastique, quelques aquariums abrités par une sous pente qui restent dehors tout l’hiver.

C’est là que grandissent les Neocaridina Davidi var. »yellow fire ». Et même quand il gèle fort …. dans le sud …

il me confirme, pour l’avoir constaté, que les crevettes résistent même lorsque la surface de l’eau a gelé.

Je pénètre à l’intérieur. Une première pièce ,des batteries d’aquarium, je suis dans le royaume de la crevette et des invertébrés en général et autre mollusques.

e180 dans * La shrimp letter de Claude Hager

Quand Jean Philippe a lancé son entreprise en 1995, c’était avec uniquement des cichlidés africains et le nom de sa société : Malanyika vient du mélange entre Malawi et Tanganyika.

L’orientation vers les invertébrés d’eau douce à commencé il y a huit ans, d’ici la fin de l’année, le local y sera consacré à 100%.

 

Il y a une deuxième pièce avec écrevisses des escargots mais aussi quelque bivalves. Tous les bacs ont une filtration indépendante avec filtre à exhausteur et alimentés par un eau de forage sauf pour les espèces plus fragiles, qui elles seront élevées à l’eau osmosée. Le nettoyage se fait avec aspiration du sable avec une cloche.

7xlb dans * Sorties

Jean Philippe est un passionné de crevettes à la recherche de la nouveauté, mais aussi en stabilisant lui même de nouvelles souches obtenues par des croisement dont il garde le secret et là … on a beau le questionner, pas moyen d’en savoir plus sur l’origine des parents

Sa fierté : la création de la Neocaridina davidi var »blue saphir » ; une magnifique crevette d’un bleu intense.

ckcv

Une troisième pièce ornée de bacs plus gros destinés à l’élevage et d’autres en attente de nouveaux pensionnaires.

nh0a

Vraiment, si un jour vous allez du coté de Montpellier allez faire un tour chez Malanyika, en plus la discussion est à battons rompus avec un tel passionné.

 

 

 

Claude L H

 

News letter sur le site pour connaitre les endroits de déplacementsen bourses mais aussi pour connaitre les arrivages et les nouveautés.
Possibilité de passer des commandes lors des imports  (sur listing exportateur)  (info diffusée sur la news)

 Visiter le site de vente  ici  :  Malanyika

Malanyika sera présent à notre prochaine bourse !

Publié dans * Interviews, * La shrimp letter de Claude Hager, * Non classé, * Sorties | Pas de Commentaire »

Les Crevettes naines

Posté par aca25000 le 21 octobre 2012

 

 

Les Crevettes naines  dans * La shrimp letter de Claude Hager capturergh

 

 

 

Les Crevettes naines   

  


La première fois,  j’en ai vue une qui nageait en agitant ses petites pattes.

Certains, comme moi ont été subjugués . . .  pour moi, le mal était fait !

J’ai tout naturellement cherché a en savoir plus.

j’ai filé de suite dans mon animalerie préférée, discuté avec le vendeur, à propos des crevettes cuivrées, des crabes bleus . . . et j’ai craqué.. quelques jours plus tard . . . à ma grande tristesse j’ai . . . dû déclarer . . . l’heure du décès.

Seulement voilà je suis opiniâtre, et j’ai bien sûr cherché à comprendre ce qu’il fallait faire et pourquoi ça n’avait pas marché.

Et j’ai surfé, surfé, surfé beaucoup surfé . . . en même temps c’est normal j’habite loin de la mer

Voici le résultat de mes recherches que je me propose de vous faire partager et pour cela je vais diffuser sur ce blog une lettre hebdomadaire.

Commençons par quelque chose de facile :

Les Neocaridina heteropoda

dscf7700 dans * La shrimp letter de Claude Hager

Première chose, qui n’a rien d’aquariophile, est que le nom s’écrit sans aucun accent parce que latin.

Ensuite, il y a celles dites : de base, les rouges les jaunes, les vertes, les roses, les oranges, les brunes les noires, les bordeaux . . . je n’ai oublié personne ?

Et j’ai commencé par les Neocaridina heteropoda « de base »

Dans un bac spécifique de 20l avec de l’eau du robinet une température de 22°C et des changements d’eau 2 fois par mois.

Tout allait bien et je passais des heures à les regarder nager en agitant leur petites pattes.

Puis dans un autre bac, j’ai osé la couleur et je suis passée aux crevettes cerise ou red cherries :

red cherry grainée
« red cherry » grainée

Elles se reproduisaient sans que je ne fasse quoi que ce soit.

Puis j’ai encore surfé, surfé, surfé même si, depuis je suis allée un peu à la mer .

J’ai lu que les femelles qui portent des œufs sont dites grainées, et qu’une fois nés les bébés crevettes sont appelés Zoé ou juvéniles. Plus précisément on dira Zoé pour des variétés de crevettes dont la reproduction doit passer par un stade larvaire et juvéniles pour les autres.

Et comme je n’ai rien fait. . . pas de passage en eau saumâtre . . . mes crevettes grainées ont donc donné naissance a des . . . juvéniles C’est en fait le cas de presque toutes les crevettes naines sauf la « japonica » (Caridina multidentata).

Et j’ai appris aussi que les rouges venaient des blanches mais aussi les jaunes vertes, etc

Dans la nature il n’existe que la crevette dite de « base » et toutes les autres sont « fabriquées » .

Bon je recommence … les blanches font des juvéniles qui sont blancs mais aussi légèrement teintés de jaune, rouge bleu, vert, orange ..etc. etc .etc. Et .. par sélection on a crée des variétés de rouges jaunes, vertes, bleues, ..marrons, noires. Et forcement les noms exotiques suivent les « yellows pink » les « chocolates » les « blacks » et autres « purple velvet » etc

Attention toutefois aux nouvelles souches qui peuvent ne pas être stables. C’est à dire qui vont faire des juvéniles qui ne seront que peu identiques aux parents.

On parlera de variété quand la souche est stable. Les « red cherry » sont stables.

La tentation pour le néophyte est, bien sûr de vouloir mettre des crevettes de couleur différentes dans le même bac et de l’organiser comme un tableau. Elles vont très bien cohabiter mais aussi très bien se reproduire entre elles et après plusieurs générations perdre leur spécificité et donc ce pourquoi on les avaient choisies . . . leur couleur !

Dernier point : Peut on mettre des crevettes avec des poissons ?

Oui, mais pas tous les poissons. Certains scalaires ou les bettas par exemple vont les manger. D’autres plus pacifiques ou herbivores n’y toucheront pas. Je ne le fais pas car je pense que tout poisson va probablement manger au moins les juvéniles, et mon but est de les reproduire.

La semaine prochaine je vous parlerai des « sakuras ».

A bientôt

Claude

Publié dans * La shrimp letter de Claude Hager | Pas de Commentaire »

 

Reptilia |
Association Guillaume Bec |
Association Coopération et ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sophie coiff'
| Carrières et matériaux de c...
| A.S.L. du Moulin Baudrin