• Accueil
  • > Recherche : poisson moustique

Résultats de votre recherche

Réunion mensuelle du 10/09/2010

Posté par aca25000 le 31 octobre 2010

Heterandria formosa : La maintenance du « poisson moustique » pour les débutants.

 

(Note : un article un tout petit peu plus précis est publié par le même auteur dans la revue de l’Association France Vivipare. Celui-ci en est le résumé.)

* * *

Le « poisson moustique » est l’un des plus petits poissons d’aquarium : la femelle mesure environ 3,5 centimètres, quant au mâle il ne dépasse guère les 2,5 centimètres. Sa très petite taille est probablement à l’origine de son nom, mais on dit aussi qu’il s’appelle ainsi parce qu’il a été utilisé pour la lutte contre les moustiques dans le sud des Etats-Unis. Son origine géographique est la Floride, la Louisiane, la Caroline du Sud. On le rencontre surtout dans les marais côtiers, en eau parfois légèrement saumâtre, mais aussi dans les eaux douces des lacs intérieurs. On devine qu’il sera facilement adaptable, et de fait il se plaît tout à fait et se reproduit très bien dans l’eau ordinaire du robinet.


dscf0475.jpg

 Cliquez sur les vignettes pour les agrandir.

 

On peut tout de suite dire que c’est un excellent poisson pour le débutant qui recherche un poisson au comportement intéressant, à condition tout de même de se plier à quelques exigences. Je vais essayer de lister dans cet article ce que j’ai pu observer personnellement, en trois ans de maintenance.


Conditions ordinaires de maintenance : ça marche tout seul… ou presque.


Ce qu’il faut d’abord noter est une très grande tolérance concernant la température, la qualité de l’eau et le volume offert :


Pour la température, c’est le candidat idéal pour un bac sans chauffage, puisqu’il est à l’aise aux mêmes températures que nous : il n’y a aucun danger entre 10°C et 30°C, avec une préférence autour de 20°C.


S’ils apprécient comme tous les poissons un aquarium de grande taille, ils sont aussi capables de vivre et de se reproduire dans de tout petits volumes : dix litres est un volume déjà suffisant pour trois couples et leur progéniture. Ils préfèrent une eau calme et peuvent éventuellement se passer de filtration.


On peut aussi ajouter qu’ils sont parfaitement sociables, inoffensifs entre eux et avec les autres poissons. Bien nourris avec de la nourriture vivante, ils n’attaquent même pas leurs alevins, pourtant assez petits (4 millimètres à la naissance).


Mais tout de même, il y a quelques conditions à respecter pour que tout se passe bien. Voici les trois clés de la réussite avec les heterandria formosa : bac spécifique ; plantation dense ; nourriture vivante régulière.


1°) Bac spécifique de préférence du fait de leur petite taille et de leur timidité, et aussi du fait que les autres poissons risqueraient de manger les alevins.


2°) Plantation dense obligatoire : sinon les poissons stressent et se réfugient près du fond. De préférence des plantes à feuilles fines (Cératophyllées, Elodées, Najas) et les mousses (mousse de Java), qui serviront aussi de refuge aux alevins. Les plantes flottantes sont très appréciées.


3°) Nourriture vivante nécessaire pour une bonne reproduction, mais aussi pour la santé des adultes, qui peuvent souffrir de troubles digestifs s’ils n’ont pas régulièrement de la nourriture vivante.


dscf0466.jpg

L’élevage des alevins : Contrairement aux Guppys qui font des portées « groupées », les poissons moustiques font des portées « échelonnées » : une femelle adulte, quand la température se situe entre 20°C et 25°C, met au monde un ou deux alevins par jour pendant plusieurs semaines de suite, ce qui fait qu’on ne la voit jamais nettement se « dégonfler » comme cela fait pour les femelles guppys.

En bac d’ensemble, les alevins souffrent beaucoup de la concurrence alimentaire avec les adultes. Si l’on peut fournir de grandes quantités de petite nourriture vivante on peut laisser sans problèmes tous les alevins avec les adultes. Mais cela n’est pas toujours facile. Il est donc intéressant de les élever à part, d’autant qu’il leur suffit d’un très petit volume non filtré. Le taux de survie avoisine alors les 100%, et la croissance est vraiment très rapide si l’on chauffe bien (pas plus de 28°C), et que l’on alterne nourriture sèche et nourriture vivante. Quand ils atteignent le centimètre, ils peuvent être remis avec les adultes sans danger, car ils sont alors assez rapides pour venir participer à la distribution de nourriture.


Comportement social : un chamailleur inoffensif !


Tout en étant timides vis-à-vis des dangers extérieurs ce sont des poissons très chamailleurs entre eux, aussi bien la femelle que le mâle. Les mâles se livrent des « combats » fréquents, constitués de longues parades d’intimidation, côtes à côtes, corps arqué et nageoires déployées, suivies d’attaques très rapides.

Une femelle dominante défend souvent contre les autres une place où se trouve de la nourriture (essayez avec un comprimé de nourriture pour poisson de fond !).

Mais ces « combats » sont toujours inoffensifs, et le « perdant » n’a qu’à s’éloigner de dix centimètres pour être laissé tranquille. Les heterandria ne s’abîment jamais les nageoires au cours ces « combats », finalement plus simulés que réels.


 

Les mâles ne courtisent pas les femelles avec acharnement. Il n’est donc pas absolument nécessaire de maintenir plus de femelles que de mâles. Mais les femelles semblent quand même plus tranquilles quand elles ne sont pas dérangées par les mâles. Il est facile alors d’isoler un groupe de mâles surnuméraires dans un petit bac, car hormis les parades d’intimidation ils s’entendent bien ensemble. Jamais l’un d’entre eux n’est dominé au point d’en mourir comme cela peut arriver avec les xiphophorus.


Nourriture : petites bouches… petits problèmes !


Comme on l’a déjà dit, la nourriture sèche n’est appréciée que faute de mieux, et pour avoir des poissons en pleine forme il faudra compléter avec du vivant. Mais ce n’est pas si simple, car intervient le problème de la petite taille de la bouche des heterandria !

Après de nombreux essais, voici ce qui marche le mieux :

Les nauplies d’artémias et microvers pour les adultes comme pour les alevins ; les vers de vase rouge pour les plus gros poissons ; les vers grindal pour tous ; et les daphnies à conditions qu’elles soient suffisamment petites !

dscf0443.jpg

 

Et voilà, j’espère que ces quelques lignes pourront aider un débutant à prendre un bon départ dans l’élevage de l’un des plus petits poissons d’eau douce.

Par Olivier.

 


Publié dans * Reunions mensuelles | Pas de Commentaires »

 

Reptilia |
Association Guillaume Bec |
Association Coopération et ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sophie coiff'
| Carrières et matériaux de c...
| A.S.L. du Moulin Baudrin